HORS SUJET

John ARMLEDER

On se souvient de l’ancienne galerie, ouverte en 2014, discrètement nichée au fond d’une cour dans un petit bâtiment délicatement rénové à la lisière du Vieux Carouge. Lorsqu’on y entrait pour la première fois, du seuil l’espace surprenait : au centre une curieuse structure à pans irréguliers blancs imposait son volume sans rien révéler d’une fonction éventuelle. La programmation s’affirmait tout aussi originale : l’artiste invité se voyait confier les murs, au sens propre du mot, pour y réaliser une peinture murale. Second versant de l’invitation : l’édition d’une (ou plusieurs) sérigraphie. En produisant des multiples la galerie a exprimé fondamentalement dès son ouverture, la volonté de faciliter l’acquisition d’œuvres d’art.

A l’automne 2017, John M Armleder devait succéder à la petite quinzaine d’artistes invités. Le projet ne s’est pas réalisé à la date prévue, la galerie a quitté Carouge pour s’installer dans le quartier des Bains. L’architecture du lieu est très différente, mais foncièrement son intention n’a pas changé. On retrouvera donc, intervention picturale murale et édition d’un multiple. Si l’on connaît tant soit peu le travail de l’artiste, on se doute bien qu’il a saisi cette donne en relançant les dés…

Aucun médium n’identifie le travail de John M Armleder, tous, voudrait-on dire, participent de sa pratique polymorphe. La peinture murale en est une des apparences. De la plus discrète, presque imperceptible (par exemple, Sans Titre, peinture murale au vernis transparent, 1969) à celles composées d’un pattern répétitif géométrique ou figuratif, ou celles aux couleurs chatoyantes qui ne craignent pas de se confondre avec un décor, les variations sont nombreuses et détournent les références des Avant-Gardes historiques, renvoient à la radicalité des monochromes ou à l’aune décoratif de la peinture. Pour celle de « Hors Sujet », l’or est de mise ! Sur la surface éclatante « flottent » de drôles de dessins, formes ou signes indéterminés. Ils ont cet aspect incertain et fragile de ceux que l’on trace plus ou moins (mal)adroitement avec les nouveaux outils de nos téléphones mobiles.

Au centre de l’espace largement ouvert sur la rue, trois sculptures abstraites ne manquent pas d’évoquer la structure dressée dans la galerie carougeoise : elles la reproduisent en modèle réduit. Les coordonnées dimensionnelles de la « pièce » originale ont été confiées à une imprimante 3D qui a produit les sculptures avec le matériau neutre ou coloré. Ce faisant, John M Armleder explore une nouvelle technique ; il n’a d’ailleurs jamais cessé d’inventer de nouvelles procédures et d’utiliser ce qu’il a autour de lui. Que ses œuvres soient faites de sa main, peintes par quelqu’un d’autre ou fabriquées d’une autre manière, elles sont fréquemment paradoxales, parfaitement évocatrices, nourries de références historiques et tout à fait silencieuses.

L’édition réalisée par John M Armleder pour cette exposition est présentée dans le deuxième espace de la galerie, sous cadre aux murs. Elle inaugure également la collaboration de la galerie avec les éditions R2/12. Ces dernières ont été créées en 1996 par François Vincent qui avait décidé de sa spécificité éditoriale : le papier, Rivaldi 160 gr., le format, 100 x 70 cm, le tirage, 12 exemplaires et 4 EA, une seule couleur (avec quelques exceptions qui en avaient deux), toutes numérotées, datées et signées et présentées dans un portfolio. Le dernier exemplaire disponible du portfolio de 50 x 50 cm sur Mirripaper datant de 2003 est montré dans la vitrine centrale.

R2/12 a parallèlement édité, selon les mêmes règles, des sérigraphies individuelles. Celle de John M Armleder (qui est devenue une rareté) date de 1996 et est également exposée.

Les 7 planches du nouveau portfolio sont réunies dans un emboîtage blanc (60 x 60 cm). Brouillant la notion d’original et de multiple, il a fait de chacune d’elles une sorte d’exemplaire unique. Du papier d’emballage de fête à un carton léger naturel ou doré, chaque « feuille » est différente par son support, par son format comme par le « motif » apposé : une intervention de l’artiste qui consiste en un geste spontané, libre, au spray. John M Armleder a souvent déclaré dans divers entretiens le plaisir qu’il avait à peindre (des pois) ou qu’il est devenu artiste « pour des raisons purement jouissives ». Ce portfolio en atteste !

FMN, janvier 2018

liens presse:

https://epaper.tdg.ch/#read/500/Tribune%20de%20Genève%20/2018-01-18/27

http://www.bilan.ch/etienne-dumont/courants-dart/galeriejohn-armelder-se-veut-aux-bains-chez-joy-de-rouvre

http://www.kunstbulletin.ch/eingang_besucher/dsp_frame.cfm?token_session_id=180223105943TFU&token_session_benutzer_id=anonymous&a=&p=&i=&e=&abo=&schenken=&shop=&anzeigen=&jubilaeum=

Date

Du 19/01/18 au 03/03/18

Vernissage

le jeudi 18 janvier 2018 à 18h

vue d’exposition: Hors Sujet I, peinture murale en 2 parties et toile Flight

vue d’exposition: Hors Sujet I et II, peintures murales et sculptures Ah! II et Ah! III

vue d’exposition: Hors Sujet III peinture murale et sculpture Ah! I

Hors Sujet II, 2018, peinture murale

 

Hors Sujet I, 2018, peinture murale

Hors Sujet III, 2018, peinture murale

Hors Sujet, 2017, portfolio

 

 

 

AH I!, 2018

 

AH II!, 2018

 

AH III!, 2018

 

tristique Sed consectetur quis, mattis ipsum dapibus id